Débuter en bourse en 2024 : le guide complet

Mis à jour le

Investir en bourse, c’est placer son épargne sur un marché gigantesque, aux millions de possibilités, d’opportunités, mais également de pièges et de dangers.

Malgré tout, puisqu’il faut bien commencer quelque part, il est tout à fait possible d’investir en bourse en tant que débutant, à condition de disposer de quelques connaissances de base. Nous avons rassemblé ici le b.a.-ba de l’investissement boursier. Vous pourrez ainsi vous engager avec sérénité dans cette aventure prometteuse qu’est la bourse !

Comment débuter en bourse en résumé ?

Pour commencer à investir en bourse, il convient de :

  1. Faire l’acquisition des connaissances de base,
  2. Savoir comment choisir le bon courtier,
  3. Choisir des actifs cohérents au vu de son niveau d’expérience,
  4. Privilégier l’enveloppe fiscale adaptée à sa situation et à ses objectifs.

Plus précisément, l’investisseur débutant doit se construire un environnement sécurisant, dédié avant tout à la préservation de son patrimoine. Cela passe par les éléments suivants :

  • Choisir un courtier qui propose un compte démo, un large choix d’ETF, d’actions défensives, et des modules de formations,
  • Privilégier des classes d’actifs comme les obligations, les ETF, certaines actions, et éviter à tout prix les produits dérivés,
  • Investir via un PEA ou une Assurance-Vie. Le CTO peut convenir pour l’investisseur prudent qui saura se tenir à l’écart de l’effet de levier et des produits dérivés,
  • Choisir des actions et ETF de « bon père de famille » (Voir notre classement des ETFs),
  • Éviter certaines erreurs comme le manque de diversification, de stratégie, ou le fait de se laisser emporter par ses émotions.

Nous considérons à ce titre que l’investisseur débutant se doit avant tout d’être patient. La préservation du capital doit primer, avant la performance, qui viendra par ailleurs naturellement en suivant les grands principes décrits dans cet article.

💡 Vous souhaitez investir en bourse mais n’êtes pas débutant ? Consultez notre guide « Comment investir en bourse »

Les prérequis pour débuter dans l’investissement boursier

Voici quelques points qui méritent votre réflexion, avant de vous lancer concrètement en bourse :

  • Apprendre le vocabulaire boursier, afin de vous familiariser avec les termes courants tels que les « actions », « indices boursiers », « obligations », « dividendes », etc,
  • Combien investir en bourse ? Débutez avec une petite portion de votre épargne, et surtout une somme que vous êtes prêt à perdre !
  • Quel est le bon moment pour investir ? Il est difficile de répondre à cette question, pensez plutôt « long terme », et appliquez la méthode DCA !
  • Quel pourcentage de capital allouer à la bourse : une faible proportion, pour commencer, le maître mot est la diversification.
  • Connaître son profil d’investisseur : définissez des objectifs précis, en fonction de votre profil,
  • Être curieux : ne cessez jamais d’apprendre, tant sur l’actualité boursière que sur les connaissances théoriques, l’analyse fondamentale, l’analyse technique, etc,
  • Être entouré : si vous êtes perdu, n’hésitez pas à consulter un conseiller financier.
  • Être prévoyant : prévoyez un « fonds d’urgence » couvrant à minima trois mois de dépenses quotidiennes.

Quel courtier en bourse est le plus adapté aux débutants ?

Un courtier en bourse est un intermédiaire financier, auprès duquel vous déposez des fonds pour acquérir des actifs sur les marchés boursiers. Ainsi, le courtier, ou « broker », achète et vend des valeurs mobilières pour vous, selon vos instructions. Le courtier a parfois, également, un rôle de conseil et d’analyse des marchés pour faciliter les prises de décisions de ses clients.

En tant que débutant, vous devez rechercher les fonctionnalités suivantes chez un courtier :

  • Facilité d’utilisation : cherchez une plateforme intuitive, comme Trade Republic ou Etoro
  • Compte démo : certains courtiers, comme IG Market, proposent un compte de démonstration, crédité d’un capital virtuel.
  • Ressources d’apprentissage : n’hésitez pas à suivre les webinaires de brokers tels qu’Admiral Markets
  • Produits disponibles : selon nous, un broker adapté aux débutants proposera une gamme d’ETFs qualitative, comme celle de Degiro,
  • Frais et commissions : on débute généralement avec de petits montants en bourse. Il est donc important de choisir des brokers dont les frais de courtage sont bas.
  • Un support client francophone et compétent.

Voici un tableau récapitulatif des brokers qui sont selon nous les plus adaptés aux débutants :

trade republic

mastercard visa apple pay google pay
  • Idéal pour les débutants
  • Pas de dépôt minimum
  • DCA (Dollar Cost Averaging) gratuit
  • Formule unique : Frais de courtage à 1€ / ordre
  • Bon catalogue d'actifs pour un néo-broker

Notre Test

degiro

mastercard visa apple pay google pay
  • Adapté aux profils débutants et avertis
  • Pas de dépôt minimum
  • Frais de courtage en dessous de la moyenne
  • Une grande diversité d'actifs
  • Le mieux noté par ses clients

Notre Test

xtb

mastercard visa apple pay google pay
  • Adapté aux profils débutants et avertis
  • Pas de dépôt minimum
  • Service client disponible 24h/24
  • Plusieurs ressources éducatives à disposition
  • 0 commissions sur les ETFs et actions

Notre Test

boursorama

mastercard visa apple pay google pay
  • PEA et Assurance Vie disponibles
  • Service bancaire disponible
  • Idéal pour les débutants
  • Une plateforme ergonomique
  • Une application mobile intuitive

Notre Test

bourse direct

mastercard visa apple pay google pay
  • Ideal pour les profils expérimentés
  • Pas de dépôt minimum
  • Des outils de trading avancés
  • Plus de 150 marché disponibles
  • Le broker favori de la rédaction

Notre Test

bourse direct

mastercard visa apple pay google pay
  • PEA Disponible
  • Pas de dépôt minimum
  • L'un des brokers Français les moins chers
  • Une grande variété d'actifs disponibles
  • Le meilleur service client

Notre Test

saxo bank

mastercard visa apple pay google pay
  • PEA Disponible
  • Pas de dépôt minimum
  • Service client disponible 24h/24
  • Une grande variété d'actifs
  • Idéal pour les investisseurs chevronés

Notre Test

fortuneo

mastercard visa apple pay google pay
  • PEA et Assurance Vie disponibles
  • Service bancaire disponible
  • L'un des meilleurs service client
  • Un excellente application mobile
  • 0,2% de frais par ordre au dessus de 2000€

Notre Test

freedom24

mastercard visa apple pay google pay
  • Des idées d’investissement hebdomadaire
  • 6 plans d’épargne à taux d’intérêt élevé
  • Service client : réponse en 15 minutes
  • Accès à 15 bourses internationales
  • Pas de dépôt minimum

Notre Test


etoro
mastercard visa apple pay google pay
  • Idéal pour les débutants
  • Trading social (copytrading)
  • Possibilité d'utiliser un compte "Demo"
  • 0 frais de courtage sur les actions
  • Intégration de TradingView

Notre Test

admirals

mastercard visa apple pay google pay
Adapté aux profils intermédiaires et avertis
  • Une offre majoritairement en CFD
  • Compte démo disponible
  • Des frais attractifs
  • Un service client efficace et professionnel

Notre Test

Comment s’inscrire sur un broker ?

S’inscrire chez un broker est généralement un processus assez simple. Il convient de suivre quelques étapes, et de se plier à quelques obligations déclaratives réglementaires (KYC).

Prenons l’exemple d’une ouverture de compte chez Saxo Banque. Voici comment procéder :

  1. Sur la page d’accueil de Saxo, cliquez sur « ouvrir un compte », en haut à droite de l’écran.
  2. Remplissez le formulaire qui s’affiche, en indiquant votre identité, vos coordonnées, ainsi que votre pays de résidence fiscale,
  3. Vous serez ensuite amené à prouver votre identité, à l’aide de deux justificatifs. Vous pouvez joindre des scans de votre carte d’identité, passeport, permis de conduire, etc,
  4. D’autres pièces vous seront ensuite demandées, comme un justificatif de domicile et un RIB afin de pouvoir lier votre compte bancaire.
  5. Il vous faudra ensuite choisir le type de compte que vous souhaitez souscrire (compte-titres, PEA, compte-titres société, etc). Vous pouvez très bien ouvrir ces différents types de compte simultanément.

Le tour est joué, votre compte est ouvert.

Comment s’inscrire sur un broker
Un exemple de formulaire d’inscription, chez Saxo Banque

Comment déposer de l’argent sur un broker ?

En fonction du courtier que vous choisirez, vous disposerez de plus ou moins d’options pour déposer des fonds. Pour poursuivre avec notre exemple chez Saxo, deux moyens de paiement sont disponibles pour déposer des fonds :

  • L’alimentation de votre compte par carte bancaire,
  • Le dépôt par virement bancaire.

Pour ce faire :

  1. Connectez-vous à votre compte,
  2. Cliquez sur le menu. Si vous êtes sur l’interface TraderGO, le menu se trouve en haut à droite.
  3. Dans la fenêtre qui s’affiche, cliquez sur « dépôts et transferts ».
  4. Choisissez l’onglet qui correspond à votre mode de dépôt, et suivez les instructions qui s’affichent à l’écran.

⚠️ Si vous choisissez de déposer par virement bancaire, n’oubliez pas d’indiquer les références fournies par Saxo en libellé du virement.

Comment déposer de l’argent sur un broker
Formulaire de dépôt sur compte titres ordinaire

Comment acheter une action ou un ETF ?

Pour acheter une action, chez la plupart des brokers, repérez la barre de recherche. Vous pourrez tout simplement taper le nom de la société en question, ou procéder via l’ISIN.

Si vous n’avez jamais entendu parler de code ISIN, c’est bien normal, il s’agit du jargon boursier. L’ISIN est un code alphanumérique, de 12 caractères, qui sert d’identifiant, pour chaque action, obligation, ETF, ou produit dérivé sur le marché.

💡 Tout actif financier coté sur un marché boursier dispose de son code ISIN. 

Une fois que vous avez sélectionné l’action ou l’ETF de votre choix, en tapant son nom ou son code ISIN, vous obtiendrez le plus souvent un fiche valeur, centralisant toutes les informations sur l’actif en question, dont le module de passage d’ordre.

Pour passer à l’achat, il vous faudra entrer les renseignements suivants :

  1. Sélectionner le type d’ordre (au marché, limite, stop, etc)
  2. Le sens de l’opération (dans notre cas, un achat),
  3. La quantité : veillez à toujours opter pour une taille de position raisonnable et gardez des liquidités pour diversifier votre portefeuille,
  4. Le prix : si vous avez choisi un ordre au marché, il s’executera immédiatement. Dans le cas d’un ordre limite, entrez ici le prix auquel vous souhaitez acquérir vos actions,
  5. Le type de règlement : comptant ou SRD. Si vous débutez en bourse, il n’est pas cohérent d’utiliser le SRD, qui comprend un effet de levier, et peut occasioner des appels de marge.

Validez, et votre ordre sera instantanément transmis au marché !

Quels sont les frais de l’investissement en bourse ?

Il est important, lorsque l’on choisit un courtier, d’étudier sa grille tarifaire. En effet, des frais trop importants viendront grever vos performances. Ou pire encore, creuser vos pertes.

Différents types de frais peuvent être facturés par votre courtier. Explorons-les.

Les frais de courtage

Ils sont prélevés à chaque fois que vous passez un ordre, à l’achat comme à la vente. 

Par exemple, imaginons que les frais de courtage de votre broker soient de 2,50 € pour un ordre inférieur à 1 000 €, et 5 € au-delà. Si vous achetez pour 800 € d’actions, vous paierez 2,50 € lors de l’achat.

Imaginons que vos actions s’apprécient et que votre position vaille 1 200 €. Si vous décidez de passer à la vente, vous paierez cette fois-ci 5 € de frais de courtage. En tout, votre achat-revente vous aura coûté 7,50 €.

Les frais de marge

Si vous investissez sur des produits dérivés, ou via le SRD (Service de Règlement Différé), des intérêts vous seront facturés. Ils varient selon la durée pendant laquelle vous conservez votre position, et la grille tarifaire de chaque broker.

Là encore, il convient de comparer les brokers, des intérêts trop haut pouvant rendre certaines positions moins tenables à la longue.

↪️ Consultez notre classement des meilleurs brokers pour comparer les frais des brokers entre eux.

Les spreads

Le spread est la différence entre le prix de vente et le prix d’achat d’un instrument financier (bid-ask). Chez les courtiers spécialisés dans les CFD comme Avatrade, le spread constitue une composante importante des frais supportés par l’investisseur.

Plus celui-ci est large (grand écart entre le prix offert et le prix demandé), plus le courtier se rémunère. Veillez donc à choisir des courtiers dont les spreads ne sont pas abusifs, à l’instar de XTB qui est qualitatif sur ce point.

Les frais annexes, ou « frais cachés »

Ces frais englobent tous les prélèvements liés à la tenue et la gestion de votre compte. Chez tout bon broker, ils sont en grande partie gratuits. Ces frais peuvent inclure :

  • Frais de tenue de compte : facturés annuellement pour la maintenance du compte,
  • Frais d’inactivité : certains courtiers prélèvent une somme forfaitaire si vous n’utilisez pas votre compte pendant une période prolongée,
  • Frais de retrait,
  • Frais de garde : facturé pour la conservation des titres en portefeuille,
  • Frais de gestion : certains courtiers facturent des frais mensuels pour la gestion de votre portefeuille.
  • Frais de change : les brokers facturent généralement des commissions lorsque vous opérez avec différentes devises. Il faut donc prendre garde à ce que celles-ci ne soient pas trop élevés.

💡 Chez MoneyRadar, nous considérons qu’un bon courtier ne facture pas de frais d’ouverture de compte, de garde, de tenue de compte, d’inactivité ou de retrait.

Quel support d’investissement choisir en tant que débutant en bourse ?

Le support d’investissement est tout simplement l’actif que vous choisissez d’acquérir. Il peut s’agir d’actions, d’obligations, ou tout autre actif dont on peut faire l’acquisition sur les marchés financiers.

Voici des exemples de supports d’investissements auxquels vous pourriez avoir accès via votre courtier.

Les actions

Il s’agit de la classe d’actifs boursiers la plus « connue » au sein du grand public. Il existe des centaines de milliers d’actions.

Celles-ci représentent un investissement relativement risqué, c’est pourquoi, si vous souhaitez acquérir des actions, il conviendra de diversifier au maximum ce compartiment de votre portefeuille. Cela-dit, toutes les actions ne se valent pas. Les grandes capitalisations, implantées sur plusieurs continents, semblent, historiquement, présenter un risque plus faible que les « small caps ». Il conviendra donc d’opter pour une répartition intelligente.

Malgré tout, le « stock picking », c’est-à-dire le fait de sélectionner des valeurs pour les intégrer en portefeuille, reste un jeu risqué. Les actions sont donc peu adaptées à l’investisseur débutant, à moins d’y consacrer une part restreinte de votre portefeuille, et de sélectionner des valeurs de « bon père de famille ».

Une solution existe tout de même pour investir en actions à moindre risque : les ETF.

Les ETF

Les ETF, ou « trackers », sont des fonds cotés en bourse, qui reproduisent les fluctuations d’un actif sous-jacent, comme des actions ou des indices.

Ils sont particulièrement adaptés aux débutants puisqu’ils sont, par nature, diversifiés. Ils présentent en effet une diversification qui peut être sectorielle, géographique, ou basée sur d’autres critères comme des tailles de capitalisation.

Le risque réduit présenté par les ETF, assorti à leurs frais de gestion généralement faibles, et leur qualité « d’investissement passif », font de ces outils un incontournable pour ceux qui débutent en bourse, ou n’ont pas trop de temps à consacrer à leur portefeuille.

Les obligations

Les obligations, qui sont des titres de créance (vous prêtez de l’argent à l’émetteur), peuvent également être des actifs adaptés à l’investisseur débutant. Mais attention, en matière d’obligations, « il y a de tout ».

Il convient de privilégier les obligations d’États dont la dette est bien notée par les agences de notation comme Moody’s et Standard & Poor’s, ou de grandes corporations, comme les entreprises du CAC 40.

Le fait, pour l’investisseur débutant, de se cantonner à ce type d’obligations, certes peu rémunératrices, est un moyen de sécuriser une portion de portefeuille. Historiquement, ce type de produit de taux pourrait presque porter la mention « capital garanti », tant les défauts de tels États sont rarissimes. Mais bien sûr, en bourse, le risque zéro n’existe jamais.

Les produits dérivés

Bien entendu, ce terme englobe tellement de types d’actifs qu’il est difficile d’établir des règles universelles. Mais de manière générale, investir dans les produits dérivés est une mauvaise idée pour l’investisseur débutant.

Ces options, contrats à terme, turbos, ou autres warrants peuvent être alléchants à première vue, mais ils incorporent souvent des effets de levier qui peuvent-être dévastateurs pour votre capital.

Il vaut mieux prendre le temps de comprendre le marché, l’expérience vient avec les années, et il y a déjà beaucoup à faire avec les classes d’actifs précédemment évoquées !

La gestion pilotée

Il ne s’agit pas d’un actif, mais plutôt d’un mode de gestion de votre portefeuille. Les actifs précédemment cités impliquent que vous les « choisissiez » vous-même. À l’inverse, en gestion pilotée, ou gestion sous mandat, c’est un professionnel qui gère votre portefeuille. Il aura pris soin, en amont, de définir avec vous votre profil de risque et vos objectifs d’investissement.

La gestion pilotée présente donc les avantages suivants :

  • Expertise professionnelle,
  • Gain de temps,
  • Diversification professionnelle (un conseiller attribue des pondérations cohérentes au différents actifs, secteurs économiques et géographiques),
  • Accès à des investissement exclusifs,
  • Gestion du risque personnalisée.

Pour toutes ces raisons, la gestion pilotée est très adaptée aux investisseurs débutants. À condition de choisir un contrat dont les coûts ne sont pas exorbitants !

Quelle enveloppe fiscale choisir pour débuter en bourse ? (type de compte)

L’enveloppe fiscale est le type de compte à travers lequel vous réalisez vos investissements. Il en existe plusieurs types, et ce choix n’est pas sans incidence sur votre patrimoine. En effet, l’enveloppe fiscale que vous choisirez aura des répercussions sur votre fiscalité, les actifs auxquels vous aurez accès, votre retraite, etc.

💡 Il est tout à fait possible d’ouvrir différentes enveloppes fiscales.

Le PEA (Plan d’Épargne en Actions)

Le PEA est une enveloppe fiscale particulièrement adaptée à l’investisseur débutant.

En effet, le PEA, de par l’exonération d’impôt dont il bénéficie après cinq ans, incite naturellement à penser « long terme ». À l’inverse, le novice en investissement se montre souvent impatient, et souhaite réaliser des bénéfices importants à court terme, ce qui le pousse à prendre des risques inconsidérés. Avec le PEA, on garde à l’esprit la volonté de protéger son capital et ses plus-values, pour ne pas payer d’impôt après quelques années. Une incitation bienvenue pour toute personne qui débute.

Par ailleurs le PEA limite les classes d’actifs. Vous ne pourrez pas, ici, acquérir des produits dérivés ou des small-caps sur le marché chinois. Les actions compatibles PEA sont françaises ou européennes, tout comme les ETF qu’il est possible de loger dans cette enveloppe fiscale. Là encore, on a une réduction du risque intrinsèque.

Pour toutes ces raisons, le PEA est selon nous la meilleure enveloppe fiscale pour l’investisseur débutant !

↪️ Consultez notre classement des meilleurs PEA pour choisir un PEA adapté à vos besoins.

Le CTO (Compte Titres Ordinaire)

Avec le CTO, vous pourrez très bien arriver aux mêmes résultats qu’avec le PEA, mais cela dépendra de votre volonté. Car ici, aucune limitation de montants, ou de types d’actifs. Autrement dit, vous pouvez consommer votre capital en un temps record si vous prenez trop de risques.

Cependant, si vous êtes du genre prudent, le CTO pourrait se révéler comme un bel outil de diversification, puisqu’il vous permet d’acquérir des actions et ETF sur d’autres marchés, comme l’Asie ou les USA, qui regorgent d’actifs qualitatifs.

Il conviendra donc de vous auto-discipliner : si vous êtes attirés par les produits dérivés de manière déraisonnable, il pourrait être plus sage d’opter pour un PEA. Mais si votre nature est d’éviter les placements à risque, opter pour la flexibilité du compte-titres pourrait être bénéfique, même pour un débutant.

↪️ Consultez notre classement des meilleurs CTO pour choisir un Compte-titres adapté à vos besoins.

L’assurance-Vie

Tout comme le PEA, l’Assurance-Vie convient aux investisseurs débutants, notamment grâce à la fiscalité allégée qu’elle propose après huit ans de détention.

Par ailleurs, l’assurance vie est l’enveloppe fiscale qui propose généralement le plus d’options en matière de gestion pilotée. De quoi vous « faire la main » en observant la manière dont votre portefeuille est géré.

Enfin, la partie « fonds en euros », qui est pratiquement à capital garanti, permet de sécuriser une partie de son portefeuille, ce qui est essentiel pour tout débutant, et de chercher la performance (raisonnablement) sur la partie unité de compte.

Nous considérons, pour toutes ces raisons, qu’investir en Assurance-Vie est une alternative intéressante pour un débutant en bourse. Par ailleurs, si vous êtes proche de la retraite, ou souhaitez préparer la transmission de votre patrimoine, vous ferez d’une pierre deux coups !

↪️ Consultez notre classement des meilleures assurances vie pour en choisir une adaptée à vos besoins.

Le PER (Plan d’Épargne Retraite)

Si vous faites vos premiers pas en bourse, le PER pourrait vous convenir, sous certaines conditions.

En effet, il permet de bénéficier d’un certain niveau de « sécurité » de par les actifs qu’il propose en unités de compte. Vous ne trouverez pas ici de produits dérivés ou d’effets de levier délirants. En cela, le PER ressemble à l’assurance vie.

Nous considérons qu’un investisseur débutant devrait utiliser le PER pour ce qu’il est : un moyen d’épargner pour la retraite. En effet, si vous êtes jeune, l’assurance vie, qui présente des similarités avec le PER sera plus adaptée, dans la mesure où ce dernier est destiné à bloquer vos fonds jusqu’à la retraite.

En pratique, il ne s’agira donc pas de l’option la plus judicieuse, sauf si vous êtes certains de ne pas avoir besoin de cet argent !

↪️ Consultez notre classement des meilleurs PER pour en choisir un adapté à vos besoins.

Dans quelles actions et ETF investir pour débuter en bourse ?

En bourse, le paysage change tous les jours. Il est donc délicat de lister des actifs qui seraient plus adaptés à l’investisseur débutant. Néanmoins, historiquement, certaines actions et ETF se démarquent par leur caractère moins volatil. Certaines sociétés sont en effet bien gérées, et produisent depuis des décennies des rendements stables.

Voici donc quelques actions et ETF à considérer qui pourraient s’avérer intéressantes pour un investisseur débutant.

Les meilleures actions à acheter pour débuter dans l’investissement boursier

L’investisseur débutant doit chercher, avant tout, à sécuriser son patrimoine. Ainsi, le type d’actions à privilégier en ce sens doit rassembler les caractéristiques suivantes :

  • Un modèle d’affaires éprouvé,
  • Une distribution régulière de dividendes (que l’investisseur pourra réinvestir),
  • Des performances stables historiquement,
  • Une bonne résistance aux fluctuations économiques.

Il convient de garder à l’esprit que ces actions, qui sont généralement dites « défensives », évoluent sur des secteurs qui ne paraissent pas très « flamboyants », comme les biens de consommation courante, la santé, l’eau ou l’électricité, etc. En résumé, ce dont la société « a toujours besoin ».

Voici quelques exemples d’actions qui pourraient répondre à ces critères :

Nom de l’action Performance annuelle moyenne (3 dernières années) Éligible PEA
L’Oréal 29 % Oui
Nestlé -1 % Oui
Johnson & Johnson 0 % Non
Procter & Gamble 3 % Non
Sanofi 6 % Oui
Unilever -4 % Oui
Siemens 15 % Oui
BNP Paribas 15 % Oui
Deutsche Telekom 13 % Oui

⚠️ Même si certaines de ces entreprises présentent, historiquement, des rendements attractifs, l’investisseur débutant se doit de noter une règle d’or en bourse : les performances passées ne présagent en rien des performances à venir.

Les meilleurs ETF à acheter pour débuter dans l’investissement boursier

Les ETF représentent une excellente alternative pour l’investisseur novice, comme expliqué précédemment.

Il faudra néanmoins accorder un grand soin dans le choix de sa sélection d’ETF. En effet, mieux vaut choisir des ETF dont les frais sont faibles. On préfèrera également les trackers qui répliquent de grands indices tels que le S&P 500, le CAC 40 ou le MSCI World.

Il peut être également intéressant d’investir à la fois en CTO et en PEA, afin de bénéficier d’une part de réductions fiscales, sans se priver de la qualité de certains ETF qui ne sont pas compatibles avec le Plan d’Épargne en Actions. Par exemple, le MSCI World précédemment évoqué.

Voici quelques ETF qui rassemblent ces critères :

Nom de l’ETF Performance annuelle moyenne (3 dernières années) Éligible PEA
Amundi CAC 40 UCITS ETF Dist 11 % Oui
HSBC MSCI Europe ETF 7 % Oui
SG OPEN S&P 500 14 % Non
Amundi MSCI World 7,45 Non
iShares Eurostoxx Banks 9 % Oui
iShares Core MSCI Japan 12 % Non
Lyxor Stoxx Europe 600 Automobile & Parts 10 % Oui

⚠️ Là encore, la bonne performance apparente de ces trackers ne signifie pas que cela continuera éternellement. Cependant, ils ont montré une certaine résistances aux cycles économiques précédents, et peuvent constituer des options de diversification qualitatives.

Débutant en bourse : les arnaques et erreurs à éviter

Voici les écueils que subissent malheureusement bon nombre d’investisseurs débutants.

Ne pas faire de recherches

En bourse, mieux vaut ne pas se fier aux « conseils d’untel », sauf si celui-ci est un professionnel. De manière générale, l’investisseur boursier performant est curieux, reste à l’affût des actualités. N’hésitez donc pas à vous former, à apprendre l’analyse fondamentale, et pourquoi pas l’analyse technique.

Tout ce qui brille n’est pas d’or !

De nombreuses arnaques pullulent en ligne, avec la promesse de gains rapides et substantiels (bots de copy trading, phishing, ou conseils « d’influenceurs bourse »). En général, lorsque « c’est trop beau pour être vrai », fuyez ! Les investissements sûrs ne sont généralement pas « sexy », mais plutôt progressifs sur le long terme.

Utiliser l’effet de levier à outrance

L’investisseur débutant à tendance à utiliser le levier pour amplifier ses gains, en occultant le fait que ce dernier amplifie tout autant les pertes. Il faut réellement beaucoup d’expérience pour gérer un effet de levier. Et même les investisseurs confirmés l’utilisent avec la plus grande parcimonie.

Voici une simulation qui illustre l’impact du levier sur votre capital :

Niveau de levier Baisse occasionnant une perte totale du capital
2 50 %
5 20 %
10 10 %
20 5 %

On comprend assez vite, à la lecture de ce tableau, le danger que représente un niveau de levier élevé. En effet, avec un levier 5, une perte de 20 % sur l’actif en question suffit à anéantir votre capital. Avec un levier 20, seuls 5 % de baisse engendrent une perte totale.

💡 Il convient donc d’acquérir une grande expérience avant de considérer l’investissement avec effet de levier.

Mettre tous ces œufs dans le même panier

Il arrive à tout le monde d’avoir une conviction. La certitude qu’au fond, telle action est bien meilleure que les autres, et va surperformer le marché à coup sûr. Il faut malgré tout veiller à garder une taille de position raisonnable en toutes circonstances. La bourse n’est pas un casino, alors, ne faites jamais « All-in » !

Regarder uniquement les rendements passés

Nous vous le disions précédemment : ce n’est pas parce qu’une action a bien performé sur les dernières années, que cela va nécessairement continuer ! 

Bien entendu, une tendance de fond est un élément positif sur lequel se reposer, c’est même nécessaire, mais pas suffisant. Il faut également prendre en considération d’autres éléments d’analyse technique et fondamentale, ou encore, par exemple, le contexte macro-économique de la société en question.

Investir sans stratégie

Avant d’investir le moindre euro, il convient de se fixer des objectifs, des règles, et surtout de s’y tenir ! Et c’est plus facile à dire qu’à faire. Lorsque l’on investit en bourse, on est parfois noyés d’informations, et on peut avoir l’impression que certaines opportunités vont nous « passer sous le nez ». 

Afin de ne pas céder à la précipitation, notez votre stratégie sous forme de checklist, et vérifiez que chacun de vos mouvements sur le marché y corresponde.

Investir contre le marché

Cette action n’en finit pas de baisser, mais vous l’achetez car vous êtes convaincu d’un retournement de tendance ? Dans ce cas, mémorisez l’adage : « on n’attrape pas un couteau qui tombe » ! Il est plus cohérent de privilégier une belle tendance haussière, qui octroie plus de chances de ne pas se tromper.

Se laisser guider par ses émotions

Le marché baisse un peu, et vous êtes tentés de tout vendre ? Attention, dans ces situations, à ne pas se laisser dominer par les émotions. Il faut se demander, quel que soit le contexte « ma décision est-elle motivée par la raison et l’analyse, ou par la peur ou la cupidité ? ».

Oublier les impôts

Connaissez vous l’adage « en ce monde, rien n’est certain, à part la mort et les impôts », attribué à Benjamin Franklin ? Il n’avait pas tout à fait tort, et il convient ainsi de comprendre la manière dont chaque investissement est taxé, afin de se préparer en conséquence et optimiser sa fiscalité en amont. Sur le long terme, l’impact d’une bonne gestion fiscale est considérable.

×
RÉDIGE TON AVIS