Les meilleurs placements sans risque en 2024 – Comparatif

Mis à jour le
Placements sans risque
Les meilleurs investissements sans risque

Vous souhaitez investir, mais vous ne voulez pas risquer de perdre vos fonds ? Il vous faut un placement financier sans risque. Une façon de faire fructifier votre épargne sans crainte de perdre votre capital.

Comment placer son argent sans risques en 2023 ? Quelles sont les possibilités et sont-elles vraiment sans risque ? Dans cet article, nous explorons les meilleurs placements sans risque et nous les comparons. Nous nous concentrons ici sur la minimisation du risque plutôt que sur le retour sur investissement, l’objectif étant de préserver votre argent placé.

Placer son argent sans risque, c’est possible ?

Presque ! Le risque zéro n’existe pas. Dès lors que vous confiez votre argent à une banque ou une institution financière, si cette dernière fait défaut, votre placement pourrait ne pas vous revenir. Il s’agit d’un cas extrême, mais réel. Nous insistons sur le fait que le risque est une notion omniprésente en finance.

De manière générale, il n’existe aucun placement sans risque. L’économie et l’argent sont influencés par de trop nombreux facteurs, qui constituent autant de risques, plus ou moins importants selon le placement. 

Les principaux risques sont les suivants : 

  • Risque de liquidité : l’établissement qui a placé votre argent n’est pas en mesure de vous restituer la somme confiée,
  • Perte de capital : le support financier de votre placement a perdu de la valeur, votre capital a donc diminué,
  • Faillite : l’établissement qui a placé votre argent (ou dans lequel est placé votre argent) est liquidé. La loi française prévoit certains cas de dédommagements, mais ça n’est pas toujours possible, et pas toujours en totalité,
  • Risque de change : votre placement fait intervenir d’autres devises que celles de votre pays de résidence, et le cours de ces devises se dévalue. Le taux de change devient défavorable et représente une perte,
  • Risques politiques et économiques : le pays où votre argent est placé entre en guerre, fait l’objet de sanctions, subit un coup d’Etat… Votre placement est en danger.

Le risque est aussi fortement lié à la durée du placement, ainsi un investissement à court terme présente généralement un risque différent d’un investissement à long terme.

Peut-on néanmoins placer son argent avec un risque limité ?

Oui ! Avec ce que l’on appelle les placements “sans risques”. Et ce même si, selon nous, aucun placement n’est totalement exempt de risques.

C’est ce que nous allons présenter dans cet article : des placements où la restitution de votre capital est “garantie”, avec généralement un taux fixe connu à l’avance, et un horizon de placement souple

Comparatif des meilleurs placements sans risques selon MoneyRadar

Voici la synthèse de tous les placements analysés par MoneyRadar dans le cadre de ce guide.

Investissement Objectif % de rendement net Niveau de risque Disponibilité des fonds
Livret A Épargne de précaution 3% Aucun Immédiate
Livret d’épargne populaire Épargne de précaution 6% Aucun Immédiate
Livret jeune Épargne de précaution 3% minimum Aucun Immédiate
Livret de développement durable et solidaire (LDDS) Épargne de précaution + financement de l’économie durable 3% Aucun Immédiate
Plan Epargne Logement (PEL) Préparer un achat immobilier Jusqu’à 3,2% Aucun Fonds bloqués
Plan Epargne Actions (PEA) Investir en bourse Variable Variable Fonds bloqués 5 ans
Assurance vie (fonds euros) Investir sans risque 1,80% à 4,50% Aucun Rachat partiel (ou total) en 34 jours maximum
ETF Investir avec peu de risque Variable Faible Selon prestataire
SCPI Profiter du marché immobilier Variable (jusqu’à 8% en 2023) Modéré Selon prestataire
Obligations Garantir un revenu à échéance Variable (jusqu’à 8% en 2023) Très faible Selon prestataire
Produits structurés à capital garanti Garantir un revenu à échéance Variable Aucun Selon prestataire

Les livrets : un des investissements les moins risqués

Les livrets d’épargne sont une gamme de produits de placement, dont le capital et le taux sont garantis par l’État français.

Le risque d’un livret est donc très faible, puisque seule une banqueroute de l’Etat français signifierait une perte partielle ou totale de votre capital.

Les livrets offrent plusieurs avantages pratiques

  • Leur ouverture est très simple,
  • Des retraits et dépôts peuvent être effectués à tout moment sans frais,
  • Tous les établissements bancaires français les proposent (tous ou presque),
  • Les intérêts ne sont pas imposés.

La contrepartie de ce confort et de la quasi-absence de risque : des taux qui ne sont jamais très élevés. La hausse récente des taux d’intérêts a néanmoins fait remonter la rentabilité des livrets, ce qui les rend à nouveau intéressants. Le livret A, dont le taux de rémunération annuel n’était que de 0,50% en 2020, est désormais de 3% en 2023.

Avantages

  • Capital garanti par l’état français,
  • Intérêts garantis par l’état français à taux fixe,
  • Grande souplesse (dépôts, retraits, pas de fiscalité).

Inconvénients : 

  • Rémunération assez faible,
  • Le taux peut baisser,
  • Des plafonds relativement bas.

L’avis de MoneyRadar : les livrets sont les produits de placement les moins risqués du marché. En cela, notre équipe les considère davantage comme un moyen de se constituer une épargne de précaution, plutôt que comme un investissement. Les livrets sont donc indispensables ! Pour votre sécurité financière, il est judicieux de disposer de fonds de secours sur un compte facilement disponible. La somme générée à la fin de l’année par ce compte est à voir comme un petit bonus.

Le livret A

Le livret A est le placement sans risque par excellence. Existant sous sa forme actuelle depuis 2009 et disponible dans tous les établissements bancaires français, son taux d’intérêt est fixé et garanti par l’État. Actuellement, il est de 3%. Les intérêts du livret A ne sont pas imposés.

Attention : il n’est possible de détenir qu’un seul livret A

Tout le monde y a accès , sans conditions d’âge, de revenus, de nationalité ou même de résidence fiscale en France.

Le montant minimum à déposer pour ouvrir un livret A est de seulement 10 €. Le montant maximum de versement est limité : le plafond est fixé à 22 950 €.

À nos yeux, le livret A est un produit hybride, entre compte bancaire et placement. Il s’agit d’une épargne disponible en permanence et dont la rémunération est garantie par l’État. Le taux a été rehaussé début 2023, ce qui le rend plus intéressant que par le passé

En 2020, le taux était seulement de 0,50%. Il est aujourd’hui de 3%. Cette hausse n’en fait pour autant pas un placement compétitif sur la durée, le taux pouvant changer chaque année.

Nous recommandons à tout le monde d’ouvrir un livret A. Non pas en tant que placement, bien que les 3% annuels soient bienvenus, mais pour se constituer une épargne de précaution. Avant de songer à investir, nous recommandons chaudement d’avoir l’équivalent de plusieurs mois de dépense sur votre livret A, en cas de coup dur.

Nous rangeons donc le livret A dans une catégorie à part : votre matelas financier qui génère quelques intérêts chaque année.

Le LEP (livret d’epargne populaire)

Le livret d’épargne populaire (LEP) est un autre livret garanti par l’Etat français. Ce livret fonctionne de manière identique mais s’adresse aux individus ayant des revenus en dessous d’un certain seuil (calcul basé sur le revenu fiscal de référence). En 2023, ce seuil maximum de revenus pour une personne vivant seule est fixé à 21 393 €.

Une personne ne peut détenir qu’un LEP.

Le taux d’intérêt est fixe et plus élevé que celui du livret A : le LEP propose un taux de 6% en 2023. En contrepartie, le plafond maximum du livret n’est que de 10 000 €.

Notre opinion est que, quiconque ayant accès au Livret d’Epargne Populaire devrait privilégier cette option au Livret A. Il s’agit du même principe, mais avec un taux plus élevé malgré un plafond plus bas

Du reste, sa fonction est similaire : un livret souple, disponible dans la plupart des banques, avec un capital disponible immédiatement en cas de besoin.

Tout comme le Livret A, les intérêts générés par le livret d’épargne populaire ne sont pas imposés.

Notre recommandation : si vous y êtes éligible et que votre patrimoine est supérieur à 10 000 € (le plafond du LEP), la meilleure stratégie est d’ouvrir un LEP et d’y déposer 10 000 €, puis un livret A pour y déposer le reste.

Le livret jeune : pour les moins de 25 ans

Le livret jeune est un placement garanti par l’État à destination des résidents français de 12 à 25 ans. Une personne ne peut détenir qu’un livret jeune.

Le versement initial (et tout versement sur le livret) se fait à partir de 10 €. Le plafond du livret jeune est fixé à 1 600 € en 2023.

Le taux de rémunération du livret jeune est librement fixé par les banques qui le proposent. Ce taux ne peut pas être inférieur à celui du livret A, il ne peut donc être inférieur à 3% en 2023.

Ce placement peut être intéressant s’il est proposé par votre banque avec un taux supérieur à celui du livret A. Nos observations montrent que ce n’est pas toujours le cas. Le plafond très bas de ce livret (1 600 €) n’en fait pas un placement très compétitif. Surtout dans le cas où vous seriez éligible au livret d’épargne populaire (LEP).

Le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS)

Le livret de développement durable et solidaire (LDDS, anciennement LDD) est un placement garanti par l’État. Le rôle du LDDS est d’inciter les banques à utiliser les sommes déposées par leurs clients afin de financer des projets d’économie sociale et solidaire ou de développement durable.

Son taux de rémunération est de 3% en 2023 et les intérêts du livret ne sont pas non plus imposés. Chaque personne ne peut ouvrir qu’un seul LDDS et une limite est fixée à deux LDDS par foyer fiscal.

Le montant minimum d’ouverture n’est pas fixé par la loi. Le plafond de ce placement est de 12 000 €.

Comme pour les autres livrets, les fonds sont disponibles à tout moment.

Dans l’ensemble, il s’agit donc d’un placement très similaire au livret A. Les deux différences résident dans le plafond, plus bas (12 000 € contre 22 950 € pour le livret A) ainsi que l’usage qui sera fait de l’argent déposé.

Selon notre équipe, le LDDS est donc une bonne alternative au livret A si vous êtes soucieux de participer financièrement à l’économie solidaire et au développement durable.

Les plans d’épargne : le choix du risque 

La famille des plans d’épargne comporte deux frères très différents. L’un d’eux est garanti sans risque (le PEL) et l’autre a le potentiel d’être peu risqué, selon l’allocation du patrimoine dans sa composition (le PEA).

Les plans d’épargne sont des comptes de placement à long terme, qui permettent de préparer un patrimoine financier ou immobilier. Passé un certain délai, ils procurent un avantage spécifique : un taux de prêt immobilier avantageux (défini à l’avance) pour le PEL et une exonération d’impôts pour le PEA.

Leur rentabilité est également très différente : 

  • La performance d’un PEA dépend de sa composition et il existe un risque de perte de capital,
  • Le PEL présente un taux d’intérêt fixe très bas mais pas de risque de pertes.

Avantages

  • Avantage spécifique sur la durée,
  • Pas de risque de perte pour le PEL,
  • Fiscalité avantageuse (sous condition pour le PEA).

Inconvénients : 

  • Faible rentabilité du PEL,
  • Risque de perte en capital existant pour le PEA,
  • Comptes bloqués : pas de dépôts et retraits instantanés.

Le PEL (Plan d’épargne logement)

Le plan d’épargne logement (PEL) est une ancienne star des placements sans risques, devenue ringarde après les années 2010.

Alors qu’elle proposait des taux parmi les plus élevés des placements garantis, ces derniers ont chuté jusqu’à passer en dessous de la rémunération d’un livret A. En 2023, un PEL ne rémunère que de 1 à 2,5% en taux brut, ce n’est pas un investissement rentable. De plus, les intérêts sont soumis au prélèvement forfaitaire unique.

En performance pure, le PEL est donc un zéro pointé.

Nous ajouterons que les fonds sont bloqués, il n’est pas possible d’effectuer un retrait libre. Tout retrait entraîne la clôture du compte. Le plafond de ce compte est fixé à 61 200 €.

Quel est donc l’intérêt de cet investissement ?

Comme son nom l’indique, son rôle est de faciliter l’accès à l’achat immobilier. Au bout de 4 ans, un PEL permet d’obtenir un prêt immobilier à un taux avantageux, défini lors de la signature du contrat.

Sauf que, les taux ayant fortement augmentés, cet avantage ne présente même pas d’intérêt, si l’on anticipe une baisse future des taux !

Le PEL n’a donc strictement aucun intérêt en 2023.

Le PEA (Plan d’épargne actions)

Le plan d’épargne actions (PEA) est bien connu des investisseurs. Il s’agit d’une enveloppe fiscale permettant d’investir sur les marchés européens (bourse, fonds cotés, etc). Nous aurions alors tendance à penser qu’il s’agit d’un placement risqué. Nous allons voir que ce n’est pas forcément le cas.

Un plan d’épargne actions peut comporter plusieurs sortes d’instruments financiers. Vous pouvez par exemple acheter des actions, des ETFs ou des obligations.  Il est possible de composer soi-même son portefeuille ou de laisser un professionnel s’en charger pour vous. 

L’astuce de MoneyRadar : le stock picking (sélection manuelle d’actions) étant intrinsèquement risqué, on préfèrera investir dans des ETFs, moins volatiles et donc moins risqués.

Dans tous ces cas de figure, il est possible de se constituer un portefeuille à faible risque. La rémunération ne sera pas garantie à un taux fixe. Elle pourra ainsi potentiellement être supérieure à celle de placements à taux garantis tels que le livret A, mais sous la condition d’un risque plus important (volatilité, perte de capital).

Toute personne majeure domiciliée fiscalement en France peut ouvrir un PEA. Le plafond des dépôts est fixé à 150 000 €, sans compter les intérêts perçus.

Ces derniers font l’objet d’une fiscalité spécifique. Si aucun retrait n’est effectué pendant les 5 premières années d’existence du PEA, les intérêts seront exonérés d’impôts. Sinon, les intérêts seront taxés à hauteur de 30%. A noter qu’un retrait avant la 5e année du contrat amène sa clôture automatique.

Pour en savoir plus sur le PEA, nous avons rédigé de nombreux guides à l’attention de tous les profils d’investisseurs. Notre rédaction ne saurait que trop vous recommander de bien vous informer avant de vous lancer et de choisir le meilleur PEA adapté à vos besoins. Un PEA s’adresse plutôt à des investisseurs confirmés et/ou à des individus ayant un patrimoine confortable (plusieurs dizaines de milliers d’euros).

Un PEA peut présenter un risque de perte en capital.

L’assurance vie : un investissement à long terme qui peut être sans risques

L’assurance vie (AV), comme son nom ne l’indique pas, est un support financier. Plus flexible que le PEA (présenté ci-dessus), l’assurance vie peut être sans risque.

Avec les fonds en euros, un support financier disponible au sein d’un contrat assurance vie, le capital de votre placement est garanti. Contrairement au PEA ou à l’assurance vie en unité de comptes, il n’y a pas de risque de perte en capital.

Les fonds en euros sont principalement composés de fonds monétaires composés d’emprunts d’états et d’obligations d’entreprises Le risque de ces instruments financiers est très faible, car les prestataires d’assurance vie ont l’obligation légale de ne pas répercuter les pertes éventuelles sur le capital de leurs clients.

La rentabilité des fonds euros peut être assez faible. Les taux de rendement annuels des assurances vie fonds en euros estimés en 2023 allant de 1,80% à 4,50%, rapporte le magazine Capital. De plus, les intérêts sont imposables chaque année, au taux des prélèvements sociaux s’ils sont réinvestis dans le contrat, au PFU (30%) s’ils sont retirés. (Voir notre guide sur la fiscalité de l’assurance vie)

Les assurances vie n’ont pas de plafond.

Avantages

  • Capital garanti dans le cas des fonds en euros,
  • Rentabilité potentiellement croissante dans le temps,
  • Pas de plafond légal : possibilité de placer des sommes importantes.

Inconvénients : 

  • Taux de rendement assez faible,
  • Intérêts imposables,
  • Tous les contrats d’assurance vie fonds en euros ne se valent pas.

Les placements sans risques avec plus de rentabilité

La rédaction de MoneyRadar tient à vous le rappeler encore une fois : il n’existe pas d’investissement sans risques. On peut le minimiser jusqu’à rendre une perte improbable, généralement au coût de la rentabilité. Ce qu’il faut, c’est prêter attention au niveau de risque de vos investissements afin de le gérer.

Contrairement aux investissements évoqués précédemment, les quatre placements listés ci-dessous sont légèrement plus risqués, mais également plus rentables.

Investir dans des ETF

Les ETF (Exchange Traded Fund”, fond négocié en bourse) sont des titres financiers, aussi appelés “trackers” parce qu’ils “traquent” le cours d’un indice boursier ou d’un panier de titres financiers.

Les ETF ont démontré être moins risqués que les actions, sans pour autant être nécessairement moins rentables. Cela s’explique par leur sous-jacent, qui représente un panier de titres plutôt qu’une seule entreprise. La variation du cours d’une entreprise aura ainsi moins d’impact sur un ETF que sur une action seule.

Disponible dans des enveloppes fiscales telles que le PEA et l’assurance vie (poche unité de compte), les ETF font partie des instruments financiers fétiches des investisseurs expérimentés.

PEA et l’assurance vie

Ci-dessus le cours de l’un des ETF les plus populaires en France, “Amundi MSCI World UCITS ETF”. La performance sur un an est supérieure à 8%, et celle depuis le 1er janvier 2023 atteint presque les 12% !

On observe aussi qu’à l’exception du cas particulier du confinement de mars 2020, dans le contexte de la pandémie de maladie à coronavirus Covid-19, le cours est stable et généralement à la hausse.

l’ETF Amundi CAC 40 UCITS

Autre exemple : l’ETF Amundi CAC 40 UCITS, qui suit la performance du CAC 40.

Gardons bien sûr à l’esprit que les performances passées ne présagent pas des performances futures et que les ETF présentent un risque de perte en capital.

Placer son argent dans des SCPI

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) sont des entités permettant d’investir dans l’immobilier sans avoir à acquérir et gérer soi-même les biens.

Le principe ressemble à celui des ETF, sauf qu’au lieu de placer votre argent dans un panier de titres, vous investissez dans la pierre. Un investissement qui a longtemps fait ses preuves… et qui chancelle en 2023.

Certaines SCPI ont néanmoins enregistré des retours sur investissement très honorables en 2023, allant jusqu’à 8% pour les meilleures. Mais avec un niveau de risque fortement accru par rapport aux années précédentes.

MoneyRadar recommande de n’investir dans une SCPI que si vous avez une bonne compréhension du marché immobilier, étant donné la situation actuelle de ce dernier. Lorsque le marché reprendra, il s’agira sans doute à nouveau d’un placement rentable avec un faible niveau de risque.

Les obligations

Les obligations sont des titres de créance émis par un état ou une entreprise afin de se financer. L’entité émettrice s’endette vis-à-vis des investisseurs et s’engage à rembourser la totalité du capital à une échéance donnée, tout en versant des intérêts sur la période précédant cette échéance.

Il existe plusieurs types d’obligations

  • Obligations d’état,
  • Obligations d’entreprise,
  • Obligations convertibles (en actions, par exemple),
  • Obligations à taux fixe ou à taux variable

Longtemps méprisés par les investisseurs en raison de leur faible, voire très faible, rendement, les obligations reviennent au goût du jour dans le contexte économique actuel

Alors que l’on enregistrait des rendements de l’ordre de 3% en 2022, ces derniers sont montés jusqu’à 8% en 2023.

Le risque est assez faible sur ce type d’investissement. Pour émettre des obligations, un Etat ou une entreprise s’engage envers une banque, qui n’acceptera cette démarche de financement que si le risque lui paraît suffisamment faible.

Attention toutefois : longtemps considéré comme sans risque, un état peut faire défaut, comme nous l’avons vu lors de la crise grecque.

Les produits structurés à capital garanti

Un produit structuré est un titre financier créé par une banque, dont la valeur est basée sur celle d’autres instruments financiers. Du fait que leur valeur dérive de celle d’un autre instrument, elles sont parfois appelées “dérivées”.

Les produits structurés à capital garanti sont donc des produits d’ingénierie financière qui ne présentent pas de risque de perte de capital

Le rendement de ces produits peut être très attractif : parfois jusqu’à 7%, selon les conditions de marché.

Assez complexes et généralement trouvées auprès de courtiers en bourse, nous recommandons ces instruments à des investisseurs expérimentés.

Les critères qui influencent le risque d’un investissement en 2024

La finance est un domaine chaotique, dans le sens où un nombre incalculable de facteurs l’influence. Par conséquent, la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain, et aucun investissement n’est réellement sans risques sur la durée.

L’actualité récente est, hélas, un bon exemple. La guerre d’invasion russe en Ukraine a causé de forts remous sur les marchés de l’énergie et de l’agriculture. Une part de ces tremblements est mécanique (production et logistique perturbés), l’autre part est psychologique (les investisseurs craignent ou espèrent, et investissent en fonction).

L’article que nous vous proposons ici est lui-même la conséquence de l’inflation forte qui sévit depuis 2022. L’inflation a pour conséquence mécanique de faire monter les taux et de rendre certains placements sans risques plus rentables. Ceci, alors que certains marchés d’actions rencontrent des difficultés, dans le contexte d’une économie chahutée.

Il n’est pas possible de prédire l’avenir. Il n’est pas non plus possible d’avoir bon à tous les coups. Néanmoins, en faisant preuve de prudence et de prévenance, il est possible de minimiser le risque de ses placements.

Comment minimiser le risque des ses investissements ? 

Gérer et appréhender le risque est LE facteur numéro un de succès en finance. Comme un capitaine sur son bateau, votre rôle est d’éviter les embûches et d’atteindre votre objectif de la façon la plus sûre possible.

Comme nous l’avons vu, aucun investissement n’est réellement sans risque. Les investisseurs professionnels et experts de la finance ont recours à différentes stratégies et méthodes afin de minimiser les risques.

Les conseils ci-dessous proviennent directement de professionnels de la finance d’investissement, que nous avons la chance de compter parmi la rédaction de MoneyRadar.

  • Diversifiez vos investissements : un portefeuille performant est aussi un portefeuille équilibré. Avec la diversification de vos investissements, vous limitez la casse si l’un d’eux dévisse complètement. La perte pourra même être compensée par la performance des autres.
  • La méthode de la couverture : méthode technique très commune dans le monde de la finance, l’idée est de “couvrir” le risque d’un investissement grâce à un autre. Si le premier investissement va dans le mauvais sens, la perte sera limitée grâce au second.
  • Ne risquez que ce que vous pouvez vous permettre de perdre : cela va de soi, mais chaque année des désastres se produisent. L’ego est le pire ennemi de l’investisseur. Des pertes catastrophiques peuvent se produire par excès de confiance et parce qu’une somme d’argent nécessaire a été investie dans quelque chose de trop risqué. Soyez raisonnables et ne placez sur des actifs volatiles que de l’argent dont la perte ne vous mettrait pas en danger.
  • La méthode “DCA” : DCA signifie “Dollar Cost Averaging”, il s’agit d’une méthode d’investissement qui a fait ses preuves. Chaque mois, une même portion de vos revenus est investie dans votre portefeuille, indépendamment du cours des actifs qui le compose à cet instant. S’il s’agit d’un actif volatile, il vous arrivera d’acheter haut et d’acheter bas. Les profits réalisés en achetant bas annulent les pertes réalisées en achetant haut.
  • La méthode de la couverture : méthode technique très commune dans le monde de la finance, l’idée est de “couvrir” le risque d’un investissement grâce à un autre. Si le premier investissement va dans le mauvais sens, la perte sera limitée grâce au second.
  • La méthode de la couverture : méthode technique très commune dans le monde de la finance, l’idée est de “couvrir” le risque d’un investissement grâce à un autre. Si le premier investissement va dans le mauvais sens, la perte sera limitée grâce au second.
  • Investissez dans des affaires que vous comprenez : ce conseil vient directement de Warren Buffett. Mieux vaut savoir dans quoi on met ses billes ! Si vous n’y connaissez rien en intelligence artificielle, n’allez pas dépenser votre argent en titres de cette industrie juste parce que l’on vous a dit que c’est une bonne idée. Ce qui nous amène au conseil suivant.
  • Tenez vous éloignés des charlatans : la finance est un milieu de requins. Les investisseurs en crypto ont fini par le comprendre : un projet sort de nulle part, des personnalités en font la publicité, un sentiment d’excitation se crée et les investissements affluent. Sauf que le projet ne vaut rien et la valeur des investissements s’effondrent en quelques semaines. Ce genre de scénario s’est malheureusement déjà produit. Faites preuve de vigilance vis à vis de personnalités (influenceurs, célébrités, etc) qui peuvent avoir  un intérêt personnel à ce que le public achète un instrument financier.
  • Ne cédez pas au “FOMO” : de la même manière que le conseil précédent, il arrive que le marché s’emballe au sujet d’une industrie ou d’un titre : les cryptos et l’intelligence artificielle récemment. Si cela a payé pour certains, cela en a ruiné d’autres. Ce n’est pas parce que tout le monde s’excite au sujet d’un investissement qu’il s’agit d’une bonne idée. Prenez le temps d’analyser le marché, sa psychologie et ses tendances, avant de vous lancer.

En conclusion, appliquez tout simplement la prudence que votre argent mérite. Ciblez des placements dont le niveau de risque a été mesuré et vous pourrez faire fructifier votre patrimoine en ayant la conscience tranquille.

×
RÉDIGE TON AVIS