Crédit carbone

Comment acheter des crédits carbone en 2024 ?

Face à l’urgence climatique, les crédits carbone émergent comme des instruments cruciaux pour freiner les émissions de gaz à effet de serre. Conçus pour inciter les entreprises à réduire leur impact environnemental, ces « droits à polluer » offrent un moyen économique de soutenir des initiatives écologiques tout en punissant les comportements nuisibles. 

Dans cet article, nous plongeons dans le monde complexe des crédits carbone, explorant leur création, leur utilisation, et leur impact potentiel sur notre planète. Découvrez comment il est possible d’investir dans les crédits carbone et dans son marché en tant que particulier en 2024.

Investir dans les crédit carbone en 2024 en résumé

En tant qu’investisseur particulier, il n’est pas possible d’acheter ou vendre directement des crédits carbone. Cependant, il est possible d’investir de manière indirecte dans ces crédits via l’investissement en bourse (actions et ETF) ou l’investissement dans des fonds. Voici selon nous les meilleures méthodes d’investissement

Investir via les ETF

  • ETF KRBN de KraneShares
  • Global X Carbon Credits Strategy ETF
  • iPath Series B Carbon ETN

Investir via les actions

  • Action Tesla (TSLA)
  • Plug Power (PLUG)
  • Equinor (EQNR)
  • Amazon (AMZN)
  • Nike (NKE)

Investir dans des fonds mutuels de crédit carbone

Fond qui investissent dans des sociétés liées au crédit carbone

Avec un taux de croissance de 16% en 2023 pour le marché du carbone, il peut être intéressant d’y investir son argent. Mais entre fortes réglementations, nouveaux acteurs et restrictions mondiales, investir dans les crédits carbone n’est pas sans risques. Découvrons en détail s’il est intéressant d’investir dans ce marché en 2024.

Investir avec Trade Republic

Qu’est-ce qu’un crédit carbone ? Définition

Dans un monde où la lutte contre le changement climatique devient une priorité incontournable, les crédits carbone émergent comme des instruments financiers essentiels. Conçus pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, ces « permis de polluer » peuvent désormais être achetés et vendus, incitant ainsi les industries à adopter des pratiques plus propres. 

Il existe deux principaux types de marchés pour les crédits carbone :

  • Marché de conformité : Sur ce marché, les crédits sont souvent émis par des gouvernements et sont destinés aux entreprises ayant de grandes émissions de gaz à effet de serre. Les gouvernements fixent un plafond d’émissions (cap), et les entreprises reçoivent des crédits correspondant à ce plafond. Si une entreprise dépasse ce plafond, elle doit acheter des crédits supplémentaires pour couvrir ses émissions excédentaires. Si elle émet moins que son allocation, elle peut vendre ses crédits excédentaires sur le marché.
  • Marché volontaire : Ce marché permet aux entreprises et aux particuliers d’acheter des crédits carbone de leur propre initiative, souvent pour atteindre des objectifs de durabilité ou compenser leurs émissions dans le cadre de leur responsabilité sociale.

Faut-il investir dans le marché carbone en 2024 ?

En 2023, la taille du marché mondial des crédits carbone était évaluée à 103,8 milliards de dollars et devrait atteindre environ 343,6 milliards d’ici 2032, soit un taux de croissance annuel composé de 14,8%. L’Europe détenait une part prépondérante de 76% de ce marché en 2022.

Evolution de marché des crédits carbone de 2021 à 2032

Investir dans les crédits carbone peut s’avérer rentable, car ils reposent sur la régulation du marché des émissions, incitant les entreprises à innover en matière de réduction de leur empreinte carbone. Avec la progression des normes environnementales et l’accroissement des restrictions sur les émissions, la valeur des crédits carbones est susceptible d’augmenter, offrant ainsi des opportunités d’investissement attractives.

Evolution du coût pas tonne du dioxyde de carbone produit

En effet, les plafonds d’émissions sont progressivement réduits. Cela signifie que moins de crédits seront disponibles au fil du temps, ce mécanisme étant conçu pour encourager les réductions d’émissions par les entreprises et les inciter à investir dans des technologies plus propres et plus efficaces. La suppression des quotas gratuits accordés aux transporteurs maritimes et aériens est également prévue, ce qui contribuera à réduire l’offre de crédits disponibles.

Baisse programmée des quotas gratuits

Preuve de la rentabilité de l’investissement dans le secteur, la performance de l’indice “MSCI World Climate Change” à surpassé celle du MSCI World ces dernières années.

Porformance de l’ETF MSCI World Climate Change

Comment investir dans les crédits carbone ?

Investir dans les crédits carbone est devenu une méthode de plus en plus prisée pour conjuguer performance financière et engagement écologique. Voici selon nous les meilleurs moyens d’investir dans les crédit carbone :

Investir via l’ETF KRBN de KraneShares

L’un des instruments les plus remarquables dans ce domaine est l’ETF KRBN de KraneShares, qui suit l’indice IHS Markit Global Carbon. Lancé en 2020, cet ETF offre une exposition directe au marché mondial du carbone, en reflétant les performances des crédits carbones les plus négociés mondialement. La performance de cet ETF a été notable, avec une augmentation significative de sa valeur depuis sa création, illustrant ainsi l’attrait croissant pour les actifs écologiques en tant qu’opportunités d’investissement.

Investir dans des ETF comme KRBN non seulement soutient les efforts globaux de décarbonation, mais offre également aux investisseurs une opportunité de bénéficier financièrement de la montée des prix des crédits carbone. En raison de la régulation accrue et de la limitation des émissions de gaz à effet de serre, la valeur des crédits carbone est amenée à augmenter, ce qui peut potentiellement entraîner des rendements attrayants pour ceux qui entrent tôt dans le marché.

Investir avec Trade Republic

Les autres ETF pour investir dans les crédits carbone

  • Global X Carbon Credits Strategy ETF (NTRL) : NTRL donne une exposition à plusieurs systèmes d’échange d’émissions à l’échelle mondiale. Il suit l’indice ICE Global Carbon Futures, cherchant à approximer la performance et le rendement de cet indice, déduction faite des frais et des charges.
  • iPath Series B Carbon ETN (GRN) : Conçu pour donner une exposition à l’indice Barclays Global Carbon II TR USD, cet ETN se concentre principalement sur les contrats à terme d’émissions de carbone de l’UE, reflétant ainsi le prix des crédits carbone selon les mécanismes du marché européen des émissions.

↪️ Plus d’informations sur notre comparatifs des meilleurs ETF.

Les actions de capture de carbone

Investir dans des sociétés engagées dans la capture, l’utilisation et le stockage du carbone (CCUS). Des entreprises comme Occidental Petroleum sont actives dans la technologie de capture du carbone et développent des projets de CCUS. Ces entreprises sont cotées en bourse et peuvent offrir une opportunité d’investissement directe dans le secteur de la réduction des émissions de carbone.

Voici selon nous les meilleures actions pour l’investissement dans les crédit carbone :

  • Tesla (TSLA) : Tesla est pionnière dans la fabrication de véhicules électriques et dans le développement de solutions énergétiques renouvelables. L’entreprise vend également des crédits carbone à d’autres constructeurs automobiles, ce qui constitue une part importante de ses revenus.
  • Plug Power (PLUG) : Plug Power se concentre sur la technologie des piles à combustible à hydrogène, qui offre des solutions d’énergie propre, principalement pour les secteurs des transports et de la logistique. L’entreprise travaille aussi activement à la production d’hydrogène vert, une ressource cruciale pour la réduction des émissions de carbone.
  • Equinor (EQNR) : Basée en Norvège, Equinor (anciennement Statoil) est une entreprise énergétique qui a fait d’importants investissements dans les technologies de capture et de stockage du carbone. Elle est impliquée dans plusieurs grands projets de stockage de CO2 en Europe.
  • Nike (NKE) : Bien que principalement connue comme marque de sport, Nike a pris des mesures significatives pour réduire son empreinte carbone, notamment en s’engageant à utiliser 100 % d’énergie renouvelable pour toutes ses installations opérationnelles d’ici 2025 et en réduisant ses émissions de carbone.
  • Amazon (AMZN) : Amazon s’est engagée à atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2040. La société investit dans des solutions basées sur la nature et la technologie pour produire des crédits de carbone et aide d’autres entreprises à neutraliser leurs émissions.
Investir avec Trade Republic

↪️ Consultez notre guide sur l’investissement en actions pour savoir comment investir dans les actions d’entreprises liées au crédit carbone.

Voici selon nous les meilleurs brokers pour investir en bourse dans les crédits carbone :

Les fonds mutuels de crédits carbone

Ces fonds sont gérés professionnellement et investissent dans une variété de projets et d’entreprises liées aux crédits carbone. Cela peut inclure des projets de reforestation, des installations d’énergie renouvelable, ou des initiatives de réduction des émissions.

Quels sont les risques d’un investissement dans les crédits carbone ?

Investir dans les crédits carbone, bien que potentiellement lucratif, comporte certains risques à ne pas négliger. 

Une volatilité des prix qui peut-être importante

La volatilité des prix peut être importante, impactée par des facteurs politiques et réglementaires qui varient grandement selon les régions et le temps. Les changements dans les politiques environnementales ou les nouvelles législations peuvent influencer significativement le marché. 

La qualité des projets qui n’est pas toujours au rendez-vous

La qualité des projets de crédits carbone joue un rôle crucial ; les projets mal gérés ou ceux dont l’impact environnemental n’est pas clairement vérifiable peuvent rendre les investissements moins fiables et susceptibles de greenwashing. La complexité de la vérification et de la certification des réductions d’émissions pose également un défi, nécessitant des audits réguliers pour assurer l’authenticité et l’efficacité des crédits achetés.

Un marché fortement réglementé

L’acceptation et l’intégration de normes internationales uniformes restent des enjeux majeurs, car l’absence de régulation harmonisée peut limiter la fluidité et la transparence des échanges sur le marché global des crédits carbone. Ces éléments sont essentiels à considérer pour les investisseurs cherchant à aligner rendement financier et impact environnemental.

Comment fonctionne le marché du carbone ?

Le marché fonctionne sur le principe de « cap-and-trade » où un plafond (cap) est fixé pour les émissions totales de GES, et des permis ou des crédits d’émission sont distribués ou vendus aux entreprises polluantes. Ces entreprises doivent détenir un nombre suffisant de crédits pour couvrir leurs émissions, avec la possibilité d’acheter des crédits supplémentaires sur le marché si elles dépassent leurs quotas.

Les crédits carbone sont générés par des projets spécifiques qui réduisent, évitent ou capturent des émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces projets peuvent varier largement en nature et en scope. 

Par exemple, des projets de reforestation restaurent ou créent des forêts pour absorber le CO₂ de l’atmosphère, tandis que des initiatives technologiques peuvent viser à améliorer l’efficacité énergétique des industries ou à capturer et stocker le carbone directement à la source de l’émission.

Voici un graphique du ministère de la transition écologique qui illustre bien le fonctionnement d’un système d’échange de quotas d’émissions :

Fonctionnement du marché du carbone – Source : ministère de l’écologie

Pour qu’un crédit soit éligible, le projet doit prouver que les réductions d’émissions sont supplémentaires (elles ne seraient pas survenues sans le projet) et permanentes.

Une fois un projet mis en œuvre, ses réductions d’émissions doivent être mesurées et vérifiées par des organismes indépendants accrédités. Ces organismes évaluent si les projets répondent aux critères stricts fixés par des normes internationales ou par des systèmes de certification reconnus comme le Verified Carbon Standard ou le Gold Standard.

Création et évolution des réglementations sur les crédits carbone

Les réglementations sur les crédits carbone ont connu plusieurs étapes clés depuis leur création, reflétant l’évolution de la conscience environnementale mondiale et les défis associés à la mise en œuvre d’un marché efficace des crédits carbone.

1. Protocole de Kyoto (1997)

Création des crédits carbone : Le Protocole de Kyoto est le premier accord international majeur instituant les mécanismes de marché pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il a introduit des instruments tels que le Mécanisme de développement propre (MDP) et la Mise en œuvre conjointe (JI), permettant aux pays développés d’acheter des crédits de carbone générés par des projets de réduction des émissions dans les pays en développement.

2. Accords de Paris (2015)

Renforcement et élargissement : Les Accords de Paris ont renforcé l’engagement mondial en faveur de la réduction des émissions, sans pour autant établir un nouveau système de marché formel. Cependant, l’accord a ouvert la voie à des coopérations bilatérales et multilatérales pour utiliser des crédits de carbone afin d’atteindre des objectifs nationaux plus ambitieux.

3. Amélioration des règles de comptabilité (COP24, 2018)

La COP24 a vu l’adoption de règles de comptabilité améliorées pour les crédits carbone, visant à assurer la transparence et à éviter la double comptabilisation des réductions d’émissions, un problème persistant dans les premières phases du marché du carbone.

4. Évolution des marchés nationaux et régionaux

De nombreux pays et régions ont développé leurs propres systèmes d’échange de quotas d’émission (SEQE), tels que le système de l’Union européenne (EU ETS), qui est le plus grand marché de carbone au monde. Ces systèmes ont été ajustés au fil du temps pour améliorer leur efficacité et étendre leur couverture à de nouveaux secteurs et gaz.

5. Initiatives récentes et Article 6 de l’Accord de Paris

L’Article 6 de l’Accord de Paris, qui cherche à établir un cadre pour un marché mondial du carbone, reste en cours de négociation, avec des enjeux clés autour de la réglementation des crédits carbone et de l’harmonisation des différents systèmes nationaux et régionaux.

Le rôle des gouvernements et des régulateurs sur le marché des crédits carbone

Le marché des crédits carbone est fortement influencé par l’action des gouvernements et des régulateurs, qui jouent un rôle clé dans sa structuration et son efficacité :

  • Réglementation et normalisation : Les gouvernements définissent les critères d’éligibilité et les normes de comptabilisation des crédits carbone, essentiels pour garantir des réductions d’émissions authentiques et mesurables.
  • Garantie de la transparence et de l’intégrité : Les régulateurs supervisent le marché pour éviter les fraudes et garantir une opérabilité transparente, ce qui est crucial pour maintenir la confiance des investisseurs et la légitimité du marché.
  • Soutien à l’innovation technologique : Par diverses incitations, les gouvernements encouragent le développement et l’adoption de technologies innovantes pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
  • Intégration des engagements internationaux : Les stratégies nationales incluent des mécanismes de marché des crédits carbone pour atteindre les objectifs fixés par les accords climatiques internationaux comme l’Accord de Paris.
  • Développement de systèmes d’échange de quotas : Certains gouvernements mettent en place des systèmes d’échange régionaux ou internationaux pour faciliter le commerce des crédits carbone, augmentant ainsi la liquidité et l’efficacité de fixation des prix sur le marché.

En résumé, l’intervention gouvernementale et la régulation sont indispensables pour assurer l’efficacité et la fiabilité du marché des crédits carbone, alignant les initiatives de réduction des émissions avec les objectifs de développement durable global.

FAQ Question fréquentes sur les crédits carbone

Comment calculer le crédit carbone ?

Un crédit carbone équivaut à une tonne de CO2 évitée ou capturée. Le calcul est réalisé par des experts qui mesurent l’impact des projets environnementaux comme la reforestation ou l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Quel est le prix d’un crédit carbone ?

Le prix varie en fonction du marché, de la qualité et du type de projet. Il peut aller de quelques dollars à plus de cinquante dollars par tonne de CO2, selon la demande et les régulations en vigueur.

Comment comptabiliser un crédit carbone ?

Les crédits carbone achetés doivent être enregistrés dans des registres officiels pour éviter la double comptabilisation et certifiés par des tiers pour garantir leur authenticité.

Comment obtenir des crédits carbone ?

Les crédits peuvent être obtenus en participant à des projets de réduction des émissions ou en les achetant via des marchés de conformité ou des plateformes spécialisées, en veillant à ce qu’ils soient certifiés par des normes reconnues comme le Verified Carbon Standard ou le Gold Standard.

×
RÉDIGE TON AVIS