Nvidia : le roi des GPU atteint les 2700 milliards de capitalisation en Bourse

Nvidia, le géant des cartes graphiques, est en train de conquérir le monde de la tech ! Propulsé par l’explosion de l’intelligence artificielle, le groupe réalise des performances stratosphériques en Bourse comme sur ses marchés. Mais qui est vraiment cette entreprise qui dame le pion aux mastodontes de la Silicon Valley ? Découvrez les dessous d’une success story hors norme.

Résumé :

  • Nvidia est le leader des GPU avec plus de 80% de parts de marché
  • Son chiffre d’affaires a dépassé les 27 milliards de dollars en 2023, dont 65% réalisés hors des États-Unis
  • Ses fondamentaux financiers sont excellents avec très peu de dette et une trésorerie abondante
  • Le titre Nvidia a vu sa valorisation multipliée par 27 en l’espace de 5 ans seulement

Nvidia, le spécialiste californien des cartes graphiques, est sur une trajectoire stratosphérique. Propulsé par l’essor de l’intelligence artificielle dont ses puces sont un rouage essentiel, le groupe fondé par Jensen Huang affiche une santé financière éclatante avec plus de 27 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 4,3 milliards de profits en 2023.

Sa domination sur le marché des GPU est totale avec 82% de parts de marché mondiales. Un quasi-monopole qui fait saliver les investisseurs : l’action Nvidia a vu sa valeur multipliée par 27 depuis 2019 ! Du jamais vu pour une entreprise déjà bien installée.

Mais comment Nvidia en est-il arrivé là ? Ce succès est-il parti pour durer ou la bulle menace-t-elle d’éclater ? Retour sur l’entreprise qui fait tourner la tête des investisseurs.

L’envol de Nvidia porté par l’intelligence artificielle

Le tournant pour Nvidia a sans conteste été l’annonce en 2022 de sa nouvelle architecture « Hopper » et de sa puce H100, une véritable prouesse technologique. Capables de démultiplier les performances des programmes d’IA les plus gourmands, ces processeurs nouvelle génération ont immédiatement séduit les géants du secteur, d’Open AI à Google en passant par Meta.

Annonce Blackwell Jensen Huang Nvidia

Mais Nvidia ne s’est pas arrêté là. Deux ans seulement après le lancement du H100, la firme de Santa Clara a réitéré l’exploit en mars 2024 avec Blackwell, une puce encore plus puissante gravée à seulement 5 nanomètres chez le taïwanais TSMC

Selon les benchmarks, Blackwell serait 5 fois plus rapide et 25 fois moins énergivore que le H100, tout en ayant une capacité mémoire doublée. Un argument de poids à l’heure où la course aux IA toujours plus performantes nécessite des ressources matérielles colossales.

Résultat de cette stratégie axée sur l’innovation, les ventes de Nvidia ont explosé de 95% sur le seul premier trimestre 2024, dépassant déjà quasiment le niveau de l’ensemble de l’année précédente ! Les bénéfices ont suivi la même trajectoire avec un résultat net multiplié par 7 sur la période. De quoi galvaniser les investisseurs, qui ont propulsé l’action à des sommets inédits avec une capitalisation boursière record de 2700 milliards de dollars.

Il faut dire qu’en plus d’équiper les géants de la tech et de la recherche, Nvidia domine plus que jamais le marché des GPU qui l’a vu naître. Au dernier pointage, pas moins de 82% des cartes graphiques dans le monde et 65% de celles des data centers seraient estampillées du logo vert de l’entreprise. Une hégémonie qui lui assure des revenus solides sur son cœur de métier historique, en plus des formidables relais de croissance que constituent l’IA et le cloud computing.

Un potentiel de croissance énorme malgré des risques à surveiller

Si l’on en croit les projections des analystes financiers les plus réputés, l’incroyable histoire de croissance de Nvidia ne fait que commencer. Portée par le boom de l’IA et de ses puces nouvelle génération, l’entreprise devrait voir son chiffre d’affaires tripler sur l’ensemble de l’année 2024,suivi d’une hausse attendue de 30% par an sur les exercices suivants

Le rythme effréné des innovations devrait l’y aider, avec la sortie annoncée de nouvelles architectures de puces chaque année, comme la puce « turbo » attendue pour 2025 et le mystérieux projet Rubin prévu en 2026.

Signe de la confiance des marchés dans le futur de Nvidia, le titre se négocie actuellement pour 96 fois les bénéfices, un ratio extrêmement élevé qui reflète l’engouement des investisseurs. A titre de comparaison, le multiple était de « seulement » 21 en 2019 ! Les analystes les plus optimistes tablent ainsi sur un objectif de cours de 1400 dollars d’ici la fin 2024, soit un potentiel de hausse de 25% même après le rallye spectaculaire des derniers mois.

Nvidia a en outre une santé financière des plus solides pour aborder l’avenir avec sérénité. La pépite californienne est quasiment sans dette et dispose d’une montagne de cash de 26 milliards de dollars issus de ses profits récents. De quoi financer sa recherche et absorber les aléas sur ses chaînes d’approvisionnement.

Car des risques existent bel et bien, qu’il convient de garder à l’œil même si le potentiel semble l’emporter largement. Le premier et sans doute le plus important est la dépendance de Nvidia aux fondeurs de puces taïwanais, au premier rang desquels TSMC. En cas de tensions géopolitiques dans la région, l’entreprise pourrait faire face à des difficultés d’approvisionnement dommageables. 

L’autre risque à surveiller est réglementaire, avec la potentielle mise en place de législations plus strictes sur les usages de l’intelligence artificielle. Enfin, à plus court terme, des prises de bénéfices de certains gros investisseurs ayant déjà largement profité de la hausse pourraient temporairement faire tanguer le cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
RÉDIGE TON AVIS