Blackrock veut tokeniser le monde : opportunité ou menace pour votre liberté ?

Mis à jour le

Blackrock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, opère un virage spectaculaire. De critique féroce du Bitcoin, l’entreprise devient son champion, tout en préparant une transformation radicale du système financier mondial. Découvrez comment ce géant de Wall Street pourrait redéfinir la notion même de propriété et de richesse, et ce que cela signifie pour votre avenir financier.

Résumé :

  • Blackrock passe de critique à promoteur du Bitcoin avec les ETF Spot
  • Le projet de tokenisation globale de Blackrock vise à numériser tous les actifs
  • Les ETF Bitcoin pourraient altérer la nature décentralisée de la cryptomonnaie
  • Blackrock s’aligne sur les Objectifs de Développement Durable de l’ONU pour 2030
  • Des risques de contrôle accru et de perte de liberté financière émergent
  • Des stratégies alternatives existent pour préserver son autonomie financière

Dans le monde de la finance, les révolutions sont rarement bruyantes. Elles se produisent souvent dans l’ombre, orchestrées par des acteurs puissants dont les décisions peuvent façonner l’avenir économique mondial. Aujourd’hui, nous assistons à l’une de ces révolutions silencieuses, menée par nul autre que Blackrock, le plus grand gestionnaire d’actifs de la planète.

Il y a quelques années à peine, Blackrock qualifiait le Bitcoin « d’indice du blanchiment d’argent ». Aujourd’hui, l’entreprise est devenue l’un de ses plus fervents défenseurs, lançant des ETF Spot sur la célèbre cryptomonnaie. Mais ce revirement spectaculaire n’est que la partie émergée de l’iceberg. Derrière cette apparente conversion se cache un projet bien plus ambitieux : la tokenisation globale de tous les actifs existants.

Les ETF Bitcoin : une arme à double tranchant

Le lancement des ETF Bitcoin par Blackrock marque un tournant dans l’histoire des cryptomonnaies. D’un côté, cette initiative ouvre les portes de l’investissement en Bitcoin à un public plus large, notamment institutionnel. Larry Fink, PDG de Blackrock, voit dans cette technologie un potentiel de révolution financière comparable à celui des ETF eux-mêmes.

Emblème de la SEC USA
Après validation de la SEC, les ETF Bitcoin ont été lancé début d’année

Cependant, cette intégration du Bitcoin dans le système financier traditionnel soulève des questions cruciales. Les ETF transforment-ils le Bitcoin en simple actif spéculatif, trahissant ainsi sa vocation originelle de système de paiement peer-to-peer ? Actuellement, environ 4% des bitcoins en circulation sont détenus par ces ETF, une proportion qui pourrait augmenter rapidement.

Cette évolution n’est pas sans risque. Les bitcoins des ETF restent bloqués dans des portefeuilles de garde, limitant leur utilité dans l’écosystème crypto. De plus, ces actifs tombent sous le contrôle des régulateurs américains, centralisant une partie significative d’un réseau conçu pour être décentralisé.

Le choix de JP Morgan comme contrepartie pour l’ETF Bitcoin de Blackrock soulève également des inquiétudes. La banque, condamnée par le passé pour manipulation des cours de l’or, a longtemps été critique envers le Bitcoin. Ce partenariat inattendu alimente les spéculations sur les véritables intentions des géants financiers vis-à-vis des cryptomonnaies.

Le grand projet de tokenisation de Blackrock

Au-delà du Bitcoin, Blackrock nourrit des ambitions bien plus vastes. Larry Fink a clairement exprimé sa volonté de numériser et tokeniser tous les actifs existants sur la blockchain. Ce projet titanesque vise à transformer radicalement notre conception de la propriété et de la valeur.

Imaginez un monde où non seulement les actions et les obligations, mais aussi les forêts, les rivières, les voitures et même les maisons seraient divisées en tokens numériques échangeables sur des plateformes blockchain. Blackrock cherche à créer un nouveau marché colossal, où la nature elle-même deviendrait un ensemble d’actifs financiers tokenisés.

Cette vision s’aligne étroitement avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU pour 2030. Ces objectifs promeuvent une infrastructure numérique publique incluant des identités digitales, des portefeuilles intégrés, des monnaies numériques de banque centrale (CBDC) et des « villes intelligentes ». La convergence entre les projets de Blackrock et ces initiatives internationales soulève des questions sur l’avenir de notre autonomie financière et personnelle.

Les enjeux cachés derrière la tokenisation

Derrière les promesses d’efficacité et d’inclusion financière se cachent des enjeux cruciaux pour notre liberté individuelle. Contrairement au réseau Bitcoin, public et sans permission, Blackrock privilégie des blockchains privées et contrôlées. Cette approche pourrait conduire à un système financier où chaque transaction serait tracée et potentiellement censurée.

La tokenisation massive des actifs, couplée à des identités digitales, pourrait donner aux institutions financières et aux gouvernements un pouvoir sans précédent sur nos vies. 

Les marchés aiment les gouvernements totalitaires. Les démocraties sont très désordonnées.

Larry Fink en 2011

Cette phrase prend un nouveau sens à la lumière des projets actuels de Blackrock.

L’article de Bitcoin Magazine « Les plans de BlackRock pour posséder le monde fractionné » met en garde contre une fausse liberté économique basée sur des actifs tokenisés privés. Il suggère que nous pourrions évoluer vers un système où notre accès aux ressources et aux services dépendrait entièrement de notre conformité à des règles imposées par des entités privées ou gouvernementales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
RÉDIGE TON AVIS