Elon Musk alerte sur la fin de votre vie privée ! Apple Intelligence s’empare de tous vos secrets…

Mis à jour le

Le monde de la tech est sens dessus dessous depuis l’annonce d’Apple : le géant de Cupertino va intégrer la technologie d’OpenAI, créateur de ChatGPT, dans ses appareils stars comme l’iPhone. Une décision loin de faire l’unanimité, et vivement critiquée par un autre acteur majeur du secteur : Elon Musk.

Résumé :

  • Apple va intégrer la technologie d’IA d’OpenAI dans l’iPhone et ses autres appareils
  • Elon Musk dénonce cette décision et brandit la menace d’un bannissement des produits Apple dans ses entreprises
  • La décision de Elon Musk illustre bien la rivalité croissante entre Musk et OpenAI dans la course à l’IA

L’annonce par Apple de l’intégration de la technologie d’OpenAI, créateur de ChatGPT, dans ses appareils dont l’iPhone, a fait l’effet d’une bombe dans la Silicon Valley. Imaginez Siri dopé à l’IA et son nom est désormais connu : Apple Intelligence. Une nouvelle qui est loin de faire l’unanimité, et vivement critiquée par Elon Musk, patron de Tesla, SpaceX et X (ex-Twitter).

Le milliardaire et nouveau patron de X (anciennement Twitter) voit dans ce partenariat une menace pour la sécurité et la confidentialité des données des utilisateurs, et menace de bannir les produits Apple de ses entreprises. Mais cette passe d’armes est aussi à replacer dans le contexte d’une rivalité croissante entre Musk et OpenAI dans la course à l’IA générative qui fait rage dans la Big Tech.

Alors, derrière les questions légitimes sur la protection de la vie privée, quels sont les véritables enjeux de ce partenariat explosif entre Apple et OpenAI ? Réelles préoccupations de Elon Musk ou simple manœuvre pour lutter contre un concurrent ?

Les implications et risques de l’intégration d’Apple Intelligence pour les utilisateurs

Annonce surprise de Apple, la célèbre technologie d’OpenAI va rejoindre tous les appareils Apple 

Concrètement, qu’est-ce que cela va changer pour vous, si vous êtes possesseurs d’un iPhone ? Tout d’abord, votre fidèle assistant Siri devrait gagner en polyvalence et en pertinence. Grâce à la technologie de ChatGPT, l’assistant vocal sera capable de mieux comprendre vos requêtes, même les plus complexes, et d’y répondre de façon plus naturelle et détaillée.

Vous pourrez par exemple lui demander de résumer un long article, d’analyser un document légal, voire même de vous aider à rédiger un email ou un texte, le tout directement à la voix. Des tâches rendues possibles par la puissance du traitement du langage naturel d’OpenAI.

Apple compte également intégrer cette IA dans un nouveau système baptisé « Writing Tools ». Objectif : vous assister dans vos travaux d’écriture en vous suggérant des idées, en vous aidant à structurer vos textes ou encore à adopter le bon style selon le type de contenu. Une sorte de copilote personnel pour booster votre créativité et votre productivité.

Enfin, la firme de Cupertino entend profiter de la technologie Dall-E de génération d’images d’OpenAI pour vour permettre d’illustrer vos documents de façon toujours plus aisée, esthétique et personnalisée. Avec votre iPhone, créer des visuels originaux et parlants pour habiller vos présentations ou vos posts sur les réseaux sociaux devrait devenir un jeu d’enfant.

Des fonctionnalités séduisantes, mais qui soulèvent leur lot d’interrogations. Pour vous offrir une expérience toujours plus poussée et « intelligente », Siri ou Writing Tools seront en effet amenés à en apprendre beaucoup sur vous : vos centres d’intérêt, votre façon de vous exprimer, potentiellement même des détails sur votre vie privée et professionnelle, selon les requêtes que vous leur soumettrez.

Toutes ces données, une fois ingérées et analysées par les algorithmes d’OpenAI, ne risquent-elles pas de servir à d’autres fins, comme du ciblage publicitaire intrusif ? Ou pire, de se retrouver exposées en cas de fuite ou de piratage ?

Des craintes légitimes, mais qu’Apple et OpenAI s’emploient à tempérer. Les deux sociétés assurent que des garde-fous seront mis en place : les requêtes ne seront pas stockées, l’IA fonctionnera pour l’essentiel en local sur les appareils plutôt que dans le cloud, aucun recoupement ne sera fait avec les données personnelles des utilisateurs… Autant de protections censées garantir une confidentialité maximale.

Reste que l’intégration toujours plus poussée d’IA nécessite forcément d’engranger toujours plus de données, ce qui mathématiquement accroît la surface d’attaque et les risques. Il reviendra donc à chacun, en tant qu’utilisateur responsable et éclairé, de rester vigilant sur les informations confiées à Siri ou aux autres outils dopés à l’IA, et à se poser la question du rapport bénéfice-risque selon les cas d’usage.

C’est là tout le dilemme de cette ruée vers l’IA qu’on observe aujourd’hui, entre les immenses promesses de ces technologies et les potentielles dérives qu’elles charrient. Une ambivalence parfaitement illustrée par la bataille, aussi bien philosophique que commerciale, que se livrent Elon Musk et OpenAI.

La rivalité Musk/OpenAI et la course à l’IA

Car derrière les grands discours sur la défense de la vie privée, ce sont aussi deux visions et deux ego qui s’affrontent. Retour en 2015 : Elon Musk est alors l’un des co-fondateurs d’OpenAI, aux côtés notamment de Sam Altman. L’ambition affichée est de créer une IA éthique, capable de rivaliser avec les géants comme Google mais en restant à but non lucratif.

Sauf qu’en 2018, le fantasque homme d’affaires claque la porte, reprochant notamment à l’organisation de ne pas aller assez vite ni assez loin dans ses recherches. Depuis, le ton n’a cessé de monter entre les deux camps. D’un côté, OpenAI, désormais valorisée à 86 milliards de dollars grâce au succès planétaire de ChatGPT. De l’autre, Elon Musk, qui rentre littéralement bille en tête sur le marché de l’IA.

Avec sa startup xAI, lancée il y a à peine quelques mois, le milliardaire compte bien rattraper son retard. Son arme : Grok, un modèle de langage ultra-puissant qui se veut plus performant que ChatGPT tout en étant mieux contrôlé et en garantissant un respect total de la vie privée. Mais pour l’instant, difficile d’évaluer ce que vaut vraiment cet outil, uniquement disponible pour quelques privilégiés triés sur le volet.

Pendant ce temps, OpenAI continue d’engranger les partenariats (Microsoft, Bing, et maintenant Apple) et se positionne comme le leader du secteur. De quoi nourrir la frustration d’Elon Musk, qui craint que l’iPhone, de par sa popularité, ne donne encore plus d’avance à son rival.

Le patron de Tesla est même allé jusqu’à porter plainte contre OpenAI et son ex-partenaire Sam Altman, les accusant d’avoir trahi leur mission initiale. Selon Musk, les 45 millions de dollars qu’il a initialement investis dans le projet devaient servir à créer une IA éthique et désintéressée, et non une machine à cash comme il qualifie désormais l’organisation.

Bref, le torchon brûle entre les deux anciens alliés, pris dans une course effrénée pour dominer ce qui s’annonce comme la prochaine révolution technologique majeure. Une bataille dans laquelle tous les coups semblent permis, comme le prouve cette nouvelle passe d’armes autour de l’iPhone.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
RÉDIGE TON AVIS